Nettoyage de printemps dans mes onglets Firefox : un fil à dérouler, comme ça vous pouvez vous aussi charger plein de nouveaux onglets dans votre navigateur.

Début février j'apprenais l'existence d'une étude décrivant la probabilité élevée d'un effondrement systémique mondial à cause des changements climatiques.

mic.com/p/climate-changes-effe

Un livre à commander à ma libraire quand elle reprend du service, “Écologie, individualisme et course au bonheur”, avec un chapitre ‘Do it yourself : la petite bourgeoisie s’amuse’, je sens que c'est plutôt actuel

lemondealenvers.lautre.net/liv

Ça c'est un vieux document dont je n'ai toujours pas dépassé la première page, l'article d'un trader algorithmique qui dit “les amis, la crise climatique c'est la merde”. Je garde pour le lire quand même peut-être.

fichier-pdf.fr/2019/07/29/mesc

Une conférence intéressante (et amusante) sur le sujet des pollutions dues au numérique, par Nicolas Bordier & Wojciech Wojcik

youtube.com/watch?v=B1q5JZSmC0

Un article en anglais sur “la ville du quart d'heure”, proposition d'Anne Hidalgo qui décrit une ville où tout ce qui est utile est accessible à 15 minutes maximum de chez soi (c'était aussi une proposition du groupe MoViCo à Montreuil)

citylab.com/environment/2020/0

Évidemment, j'ai une petite larme à l'œil en lisant des trucs qui se basent sur le concept de "sortir de chez soi" 😬

Une très bonne introduction aux bonnes pratiques pour un web plus écologiques, par Romuald Priol pour l'hébergeur (vert) Infomaniak.

news.infomaniak.com/web-ecolog

Je crois que j'ai déjà partagé cet article qui remet en question le concept d'alternumérisme. Le numérique ne serait pas réformable et ne pourrait jamais remplir ses promesses utopiques émancipatrices. Il y a de quoi réfléchir sur le sujet.

internetactu.net/2020/02/13/de

Fin février : un article du Scientific American, par Zeynep Tufekci, nous propose des recommandations face à la crise du coronavirus. Hé ui, même en février on pouvait prévoir, n'en déplaise au gouvernement.

blogs.scientificamerican.com/o

La critique d'un livre qui a l'air super intéressant sur le concept de "Lo-TEK" (traditional ecological knowledge : savoirs écologiques traditionnels), en faveur d'un design résilient inspiré de pratiques culturelles indigènes.

gsd.harvard.edu/2020/02/first-

L'économie du Troc, argument qui sert à Adam Smith pour justifier l'invention de la monnaie et de l'économie de marché, était un mensonge. Aucun anthropologue n'a jamais vu d'économie basée sur le troc.

theatlantic.com/business/archi

À ce propos je conseille la lecture de Dette : 5000 ans d'histoire, par David Graeber, aux éditions Les lien qui libèrent.

editionslesliensquiliberent.fr

(et voilà un entretiens pertinent qui était dans un tout autre onglet youtube.com/watch?v=i25qwGrPNj)

Fin février j'étais tombé sur cette liste de causes probables de famines dans un futur proche. Je n'avais pas encore lu les documents liés quand j'en ai perdu l'intérêt, j'ai préféré me documenter sur la menace plus pressante du Coronavirus.

reddit.com/r/TinfoilHatTime/co

Il y a un mois je lisais que le traitement révoltant des Ouïgours par le pouvoir chinois profitait à au moins 80 marques, dont Adidas ou Nike, Apple, Google, Amazon, H&M, des groupes automobiles…

nitter.net/__Idiotix__/status/

En parlant du capitalisme et des grandes marques, voilà comment les lobbies du plastique (surtout Big Oil et Big Soda) ont lutté pour ne jamais porter la responsabilité du recyclage et du retraitement des plastiques qu'ils produisent.

rollingstone.com/culture/cultu

Morceaux choisis :

> Since 1950, the world has created 6.3 trillion kilograms of plastic waste — and 91 percent has never been recycled even once

> “It is easy to find American and European packaging polluting the countryside of Southeast Asia,” […] “When people in the global north throw something ‘away,’ much of it ends up in the global south because there is no such thing as ‘away.’”

> “The [plastic] water bottle has, in some way, become the mink coat or the pack of cigarettes”

Bref, “What we have in plastic is something that has made our lives more convenient and easier. But unless we figure out how to keep this out of the waste stream, it’s just going to kill us.”

« Les plastiques ont rendu nos vies plus pratiques et faciles. Mais si on ne trouve pas un moyen de les éliminer de nos déchets, ils nous tueront. »

Pour affronter un peu plus sereinement les catastrophes du monde qui nous entoure, un article sur le "Slow hope", l'espoir durable, et le type d'histoires qu'on peut déployer contre le désespoir.

aeon.co/essays/we-need-slow-ho

Follow

> ‘the most tragic form of loss … is the loss of the capacity to imagine that things could be different’. We need to identify visions and paths that will help us imagine a different, a more just and more ecological, world.

> Statistics about extinction and the gloom of decline will not in themselves get us out of our often self-created ecological traps: instead, they are more likely to result in paralysis and inaction.

> We need stories and histories of change and transformation: ecological stories that make us confront the fact that human power is potentially destructive, and that the survival of our species on this planet depends on the preservation of soil and water, and the habitats and ecological systems.

Complètement différent, on arrive dans la partie "musique" de mes onglets, avec Greensleeves, un air traditionnel de la renaissance, que tout le monde ici a déjà entendu sous la forme d'une chanson de noël : fr.wikipedia.org/wiki/Greensle

Étant donné que les goûts et les couleurs bla bla bla je ne partagerai pas mes onglets Bandcamp ouverts, je passe directement à la suite : pourquoi et comment mettre en place un réseau social à portée hyper-locale (juste pour soi et ses amis).

runyourown.social/

Naomi Klein : comment l’élite mondiale va tenter d’exploiter la pandémie

Traduction d'un article de Vice sur la théorie de Klein sur le ‘Disaster Capitalism’, ou comment les désastres sont utilisés par les industries privées pour en bénéficier.

zintv.org/naomi-klein-comment-

> La “doctrine de choc” est la stratégie politique consistant à utiliser les crises à grande échelle pour faire avancer des politiques qui approfondissent systématiquement les inégalités, enrichissent les élites et affaiblissent les autres. En temps de crise, les gens ont tendance à se concentrer sur les urgences quotidiennes pour survivre à cette crise, quelle qu’elle soit, et ont tendance à trop compter sur ceux qui sont au pouvoir. Nous détournons un peu les yeux, loin du jeu réel.

Une interview intéressante de Dominique Méda, sociologue du travail

> Cette crise va nous donner l’occasion d’une double réflexion : sur le rôle social du travail […], et sur l’importance relative accordée aux différents métiers […].

pourleco.com/ca-clashe/debat-d

Avec des vrais morceaux de David Graeber dans l'interview, cité cette fois pour son livre Bullshit Jobs (Les liens qui libèrent), à lire aussi.

editionslesliensquiliberent.fr

> Les "règles" du jeu, notamment le pacte budgétaire européen, limitent pour le moment les possibilités de changement radical. Le risque, c'est une confrontation entre une volonté citoyenne de changement et un pouvoir incapable de répondre aux nouvelles aspirations.

> Le temps presse : la crise est aujourd’hui sanitaire, mais elle sera demain climatique. Nous devons absolument nous donner les moyens de faire face aux prochaines crises et se donner les moyens pour bifurquer vers une société plus résiliente.

> Enfin, ne négligeons pas l’aspect politique. Des travaux ont démontré le lien entre vote d’extrême droite et désindustrialisation d’un territoire. Redonner du boulot aux gens, c’est aussi limiter les votes pour les extrêmes.

Plein de choses importantes dans cette interview.

Dans la continuation du thème, un article de Pierre Rimbert dans le Diplo de mars 2010 : De la valeur ignorée des métiers

> les cadres du secteur publicitaire « détruisent une valeur de 11,50 livres à chaque fois qu’ils engendrent une livre de valeur ».

monde-diplomatique.fr/2010/03/

> un conseiller fiscal, dont l’art consiste à priver la collectivité du produit de l’impôt, détruit quarante-sept fois plus de valeur qu’il n’en crée, contrairement à l’employée de crèche qui, par l’éducation prodiguée aux enfants et le temps libéré pour les parents, rend à la société 9,43 fois ce qu’elle perçoit en salaire

Ensuite, deux onglets qui listent en deux parties les livres de SF/Fantasy dignes de mention sortis ces 10 dernières années (c'est Reddit et c'est en anglophone, prenez des pincettes mais il y a sûrement des découvertes à faire)

old.reddit.com/r/printSF/comme

old.reddit.com/r/printSF/comme

Cette recette de frites est très bien, j'ai mis un poil trop de piment dans les miennes mais ça a bien marché (cuisson au four minimum 40 minutes) : nitter.net/punk_food/status/11

Je ne suis pas assez sorti de chez moi pour pouvoir renseigner la carte des commerces qui restent ouverts dans mon quartier, mais il faut que je le fasse (et j'ai des commerces à ajouter, comme Cartalade (ouverts) et Café Kaldi (ne sait pas))

caresteouvert.fr/@48.858810,2.

Bruno Latour avait écrit un livre qui m'avait bien intéressé, intitulé Où atterrir ? Comment s'orienter en politique, et parlait de la crise climatique. Ici il réfléchit pour “Imaginer les gestes-barrières contre le retour à la production d’avant-crise”

aoc.media/opinion/2020/03/29/i

> il ne s’agit plus de reprendre ou d’infléchir un système de production, mais de sortir de la production comme principe unique de rapport au monde. Il ne s’agit pas de révolution, mais de dissolution, pixel après pixel

L'exercice qu'il propose à la fin de son article sur AOC est repris sur son site à lui. Il s'agit de six questions pour “préparer l'après crise sanitaire pour être sûr que tout ne reprenne pas comme avant”. À faire chez vous pendant le confinement !

bruno-latour.fr/fr/node/851.ht

Deux onglets de playlist Spotify (par principe j'utilise pas Spotify donc je dois disséquer autrement les listes pour découvrir ce qui peut m'intéresser)

"Best indie country" :
open.spotify.com/playlist/3VOr

"Redneck Revolt" (country socialement progressive):
open.spotify.com/playlist/51Y7

Show more
Show more

@joachim Merci, je vais essayer ça.
J'adore les frites au four (surtout de patates douces, alors que je ne les aime pas trop d'habitude), mais je les faisais sans cette précuisson.

PS : moi j'y mets toujours du thym, plein.
Mais bon, c'est pas étonnant, j'en mets toujours partout en fait 😁

Ping @AugierLe42e

@joachim Chuis sûr ya que de la countri dans tes onglets Bandcamp 😉

@VoronoV il y en a boucou, oui mais aussi d'autres trucs (folk par exemple)

Sign in to participate in the conversation
boitam.eu

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!