Follow

Sur mon blog : Le monde du travail, dernière frontière à conquérir pour le climat

Il s'agit quelques pensées que j'essayais de mettre à l'écrit ces derniers mois, au sujet du climat et du monde du travail.

joachimesque.com/blog/2019-07-

· Web · 2 · 5 · 3

Et je découvre que mes précédents billets au sujet de la crise climatique ont été liés par @nitot… c'est un honneur, ça fait des années que je lis son blog !

standblog.org/blog/post/2019/0

@joachim Article pas mal, mais qui illustre notre difficulté collective.

On sait où sont les causes, et on cherche comment limiter les dégâts « en attendant de pouvoir s'abstraire du système capitaliste ».

Alors pourquoi attendre la chute du capitalisme comme on attend Godot ? Pourquoi Ă©parpiller nos efforts vers une multitude d'Ă©conomies de bout de chandelle ?

@tham Bonne remarque, c'est aussi une réflexion que j'ai eue en rédigeant l'article. Je ne sais pas comment penser à tout ça. J'ai l'impression que la crise climatique est tellement urgente qu'on ne peut pas se permettre d'attendre. Si la chute du capitalisme arrive après-demain, on aura quand même à agir demain contre les émissions de CO2.
On peut bien sûr travailler pour les deux en même temps (reconsidérer son rapport au travail est une étape, par exemple)…

@joachim J'ai la même impression, et je suis tout à fait d'accord avec la nécessité de revoir notre rapport au travail, qu'on peut pas se contenter de dire « c'est les ordres, j'y peux rien », et pousser au désastre.

@joachim Mais par exemple, démissionner des entreprises les plus polluantes, c'est qqch qui est synonyme de se retrouver sans ressource pour la vaste majorité des gens.

Pour que cela devienne une option réaliste pour le plus grand nombre, il nous faut bien changer les structures économiques, dans un sens qui nous affranchisse (toujours plus) du capitalisme.

@joachim Du coup, des questions qui auraient pu avoir leur place dans l'article c'est : « comment permettre aux salariés de sortir de la subordination, et assumer leur responsabilité collective au sein des entreprises ».

Et la CGT que tu évoques dans l'article propose justement « une sécurité sociale professionnelle », pour que notre salaire soit garanti indépendamment des employeurs, qu'on puisse se réorienter grâce à la formation vers des métiers moins polluants, etc.

@tham Ah c'est intéressant, j'avais pas entendu parler de la « une sécurité sociale professionnelle »… c'est une sorte de revenu universel inconditionnel ?

Pour ta remarque sur « assumer leur responsabilité collective au sein des entreprises », je suis complètement d'accord, mais j'y connais pas encore assez pour en parler sereinement et proposer des solutions. Tout ce qui est abolir les hiérarchies, s'orienter vers des modèles coopératifs, c'est primordial.

@joachim La sécurité sociale professionnelle, c'est le droit à :
- un salaire à qualification (qui dépend de différents critères, comme l'expérience ou le diplôme)
- une progression de carrière
- Ă  la formation professionnelle

C'est ce qui existe dans la plupart des conventions collectives sauf que là ce serait garanti pour tout le monde (privé et public) et changer de boîte te ferait pas repartir de 0.

cgt.fr/sites/default/files/201

@tham Ah mais je suis tout à fait d'accord—pour la partie démission, je dis que c'est justement pas possible par tout le monde… moi je peux me le permettre, mais pour énormément de monde c'est pas envisageable.

@joachim C'est là où je voulais en venir : pour énormément de monde les solutions à la crise climatique ne deviendront envisageable que dans une dynamique de libération du travail de l'emprise du capital.

Sign in to participate in the conversation
boitam.eu

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!